Lésions méniscales

LÉSION MÉNISCALE

 

Qu'est ce que le ménisque ?

 
Le ménisque est constitué de fibrocartilage en forme de « croissant de lune » ou de « quartier d’orange » situé en périphérie entre le fémur et le tibia.

Il a un rôle dans la répartition des contraintes mais il n’est pas à proprement parlé un « amortisseur ».

Il participe aussi à la stabilisation du genou mais de façon très secondaire.

C’est surtout un joint articulaire qui lorsqu’il est fissuré peut provoquer la formation d’un kyste le plus souvent à l’arrière du genou (kyste poplité).


La lésion méniscale

 
Elle correspond le plus souvent à une fracture de fatigue du ménisque qui peut être favorisée par certains sports ou certaines activités professionnelles.

Chaque genou possède deux ménisques : un ménisque interne (MI) et un ménisque externe (ME). Ces deux ménisques sont anatomiquement différents puisqu’ils n’ont pas la même fonction biomécanique.

Le ménisque interne est plus sollicité par des forces en compression alors que le ménisque externe est plus sollicité par des contraintes en rotation.

Il y a trois fois plus de lésion du MI que du ME.

Le risque d’avoir une lésion méniscale bilatéral est d’environ 23%.


Ménisque et Arthrose

 
Le risque d’arthrose à long terme est dû à la lésion méniscale et non pas à la méniscectomie.
Quand le ménisque est abîmé : il a perdu sa fonction biomécanique et cela peut augmenter le risque relatif d’arthrose à long terme.

Ce risque dépend de plusieurs facteurs dont l’étendue de la lésion et l’atteinte du mur méniscal.

Ce risque est également augmenté si il y a des lésions cartilagineuses associées et si il y a une atteinte ligamentaire en particulier du LCA.

Globalement d'après la littérature, à plus de 15 ans de recul, le risque relatif d’avoir des signes radiologiques d’arthrose du genou après une lésion méniscale traitée par arthroscopie sur une genou sans atteinte ligamentaire est < à 0.1%.


Signes Cliniques

 
La lésion méniscale peut provoquer des douleurs du genou généralement du coté interne du genou s’il s’agit d’un ménisque interne, du coté externe en cas de lésion du ménisque externe et en arrière du genou. Le genou peut gonfler (épanchement articulaire) et se bloquer (difficulté à étendre le genou).

L’évolution des douleurs peut être cyclique avec des épisodes douloureux plus ou moins longs suivit de période d’accalmie, puis réapparition d’une symptomatologie identique ou aggravée.

C’est un diagnostic qui est parfois difficile et qui nécessite alors de réaliser des examens complémentaires de type IRM ou arthroscanner.

L’intérêt de ces examens complémentaire est de préciser l’état du cartilage qui peut participer à la symptomatologie douloureuse.


 

Traitement

 
Toutes les lésions méniscales ne sont pas à opérer !

Le traitement chirurgical va dépendre du type de la lésion méniscale, de son étendue et des symptômes cliniques.

Souvent dans un premier temps, il faut faire un traitement médical symptômatique ( AINS et antalgique) plus ou moins complété par une infiltration de corticoïde intra articulaire et des séances de rééducations.

En cas d’échec et/ou selon le type de lésion à l’IRM ou à l’arthroscanner : le traitement de la lésion méniscale par arthroscopie peut se discuter.

 


 

Traitement Chirurgical par Arthroscopie

Il ne doit pas aggraver la lésion méniscal ni créer des lésions cartilagineuses : c’est pour cela qu’il doit être réaliser par un chirurgien entraîné, rompu aux techniques d’arthroscopies et sous anesthésie générale ou locorégionale.
Il n’est pas recommandé de le faire sous anesthésie locale sauf cas particulier.
Le compte rendu opératoire doit clairement décrire l’ensemble des lésions vues et les gestes techniques réalisés.
Le traitement chirurgical n’aggrave pas le risque d’arthrose à long terme s’il est fait dans les règles de l’art.
L’acte chirurgical consiste à n’enlever que la partie abîmée non fonctionnelle du ménisque : il ne doit pas enlever tout le ménisque.
L’atteinte ou non du mur méniscal par la lésion est un élément pronostic important dans le risque de survenue d’une arthrose à long terme.
La résection arthroscopique doit être minutieuse et conserver le mur méniscal si celui ci est sain.


Bibliographie

 

Chatain F, Adeleine P, Chambat P, Neyret P.
Societe Francaise d'Arthroscopie.
A comparative study of medial versus lateral arthroscopic partial meniscectomy on stable knees: 10-year minimum follow-up.
Arthroscopy. 2003 Oct;19(8):842-9. Review.
PMID: 14551546 [PubMed - indexed for MEDLINE]

Chatain F, Robinson AH, Adeleine P, Chambat P, Neyret P.
The natural history of the knee following arthroscopic medial meniscectomy.
Knee Surg Sports Traumatol Arthrosc. 2001;9(1):15-8.
PMID: 11269578 [PubMed - indexed for MEDLINE]

Chatain F, Neyret P, Chambat P, Boyer T.
[Meniscectomy in arthritis of the knee]
Rev Prat. 1998 Nov 1;48(17 Suppl):S41-4. French. No abstract available.
PMID: 9865115 [PubMed - indexed for MEDLINE]

 

 

Les commentaires sont clos.